Quel genre de pneu utiliser pour le voyage à vélo ? - [Le calepin du geek]
Le calepin du geek
Geek : Personne s’intéressant à des domaines pointus, avec une once de créativité.

Ceci est un site perso, dans le pur esprit web 1.0, compilant des notes diverses sur des thèmes d’intérêt. (Informatique, programmation, voyage à vélo, réflexions)

Quel genre de pneu utiliser pour le voyage à vélo ?

Oui, j’ai honte, je fais de la pub pour Schwalbe qui a acquis une aura mystique dans le monde du cyclo-tourisme... mais nos champions français n’ont qu’à avoir une politique claire pour ce qui est d’éviter les crevaisons.

Article mis en ligne le 2 octobre 2013
par aldoniel
Imprimer cet article logo imprimer

Je conseille de lire un peu de théorie sur le site de Julien. C’est un site commercial, mais très bien documenté par un passionné. (Accessoirement très bon site d’achat de matériel en terme de sélection, de sérieux dans la livraison et de service après-vente.)

 Type de vélo, type de chemin, style de conduite, type de pneu

C’est avant toute une question de goût. Personnellement, je roule essentiellement sur des routes de qualité (goudronnées, cimentées), et à l’occasion sur des chemins (compactés, gravillonnés). J’évite les chemins boueux ou herbeux. Je ne cherche pas la vitesse ; ma vitesse moyenne doit être un peu inférieure à 20 km/h.

En ce sens, un vélo "tous chemins" est parfaitement adapté, avec des pneus de taille de 700 × 35C à 40C, et une géométrie associant une bande de roulement centrale lisse avec des rainures périphériques.
Ainsi, les vibrations sont minimisées sur une route de qualité, et l’adhérence sur une route de terre médiocre reste très correcte.
Sur une route boueuse évidemment, c’est la glissade assurée en cas de freinage abrupt.

Pour le voyage à vélo, on préférera de toutes façons des pneus larges, qui à 20 km/h offrent une plus faible résistance au roulement [1] [2] [3].

 Résistance anti crevaison

Je roule depuis des années avec des pneus Marathon de chez Schwalbe. Il s’agit de l’ancien modèle équipé d’une sous-couche de protection en kevlar. Dans mon expérience, cet ancien modèle crève moins qu’un pneu ordinaire, et dispose d’une durée de vie très supérieure (environ 10 000 km). J’ai néanmoins eu un nombre non négligeable de crevaisons, par silex, éclats de verre, ronces, simple gravier…
Le facteur chance joue beaucoup, avec par exemple quatre crevaisons sur un même voyage de 600 km, aucune sur un voyage de 950 km et aucune sur un deuxième de 600 km.

Une des forces des pneus Schwalbe est la qualité de leur marketing… Le nom de leurs pneus est inchangé depuis des années, ce qui évite de désorienter les acheteurs. Les caractéristiques techniques de leurs pneus sont largement divulguées.
Ils visent de plus une niche spéciale : le VTC voyage au long cours sans crevaison.

Ainsi, ils fournissent une classification de la résistance à la crevaison de leurs pneus (onglet Protection Level)

La nouvelle gamme Marathon de chez Schwalbe comprend

Le plus résistant de leur gamme à la crevaison (niveau 6), basé sur une sous-couche en caoutchouc souple.
Malgré ces inconvénients, les crevaisons en voyage peuvent être tellement embarrassantes que ce sera probablement mon prochain choix.

Je conseille cette vidéo sur YouTube dans laquelle on voit un vélo équipé de pneus Marathon plus rouler sur des punaises, sans crever, au contraire des pneus Marathon supreme. (À la fin, le cycliste plante délibérément des punaises dans le pneu et roule avec, sans souci...)

Leur inconvénient est leur poids : 890 g en 700 x 35C (contre 545 g pour un Marathon Deluxe). On notera, cela ne représente que 690 g. de plus sur deux roues.
Schwalbe prétend qu’ils sont increvables, c’est bien sûr faux. Ils sont presque increvables.
Certaines personnes affirment qu’ils présentent une résistance au roulement très élevé. Selon Schwalbe, elle serait (sans précision) de 34,9 Watts [4], ce qui sans rivaliser avec les meilleurs pneus de course, reste très correct. [5] [6]
Il s’agit du modèle équipant les réseaux de vélos en location Vélib’ de Paris par exemple.

  • les Marathon Mondial, Deluxe, Supreme

Un peu moins résistants (niveau 5), basé sur une sous-couche en vectran.
Ils ont l’avantage d’être plus légers, et probablement un peu plus roulants.
Ils sont plus chers que les précédents (environ 43€ contre environ 30€ pour les précédants).

Le Marathon Deluxe est une bonne alternative au Marathon plus si l’on cherche un pneu plus léger. Il ne résistent pas à certains objets perforants comme les punaises.

 Des bombes anti-crevaison :

Je n’ai pas essayé personnellement, mais d’après la moyenne des avis, c’est imparfait. Le succès n’est pas du tout garanti : ça marchera mieux sur des petites crevaisons, sur des pneus tubeless (non adaptés à la randonnée au long cours en vélo). En cas de succès, l’efficacité est généralement temporaire : de quoi rentrer jusqu’à la maison, ou parfois de tenir quelques mois. On transforme une crevaison rapide en crevaison lente…

 Des bandes anti-crevaison :

Zéfal en fabrique par exemple. Je n’ai pas non plus essayé, mais les avis sont divergents : certaines personnes en sont satisfait et d’autres rapportent un problème d’usure rapide de la chambre à air puis sa crevaison, par la bande elle-même ! (C’est arrivé à quelqu’un que je connais). Il est difficile de conclure que ces effets indésirables sont uniquement liés à un problème d’installation.

 Des pneus increvables :

Ça existe : il s’agit de pneus pleins. C’est très lourd, plus ou moins difficile à installer, et la résistance au roulement est importante. Complètement inadapté au voyage à vélo.
La société française Hutchinson fabrique dans ce genre le modèle Serenityqui n’est pas trop mal. Je regrette qu’il ne soit pas disponible en 16 pouces pour mon vélo pliant.

 De la concurrence :

  • Sur le site de Hutchinson, il n’y a pas de pneu dans la catégorie voyage à vélo résistant à la crevaison, donc ça c’est fait...
  • Sur le site de Michelin, ils annoncent pour 2014 le MICHELIN Protek Cross Max qui semble être le pendant du Schwalbe Marathon plus. Affaire à suivre.
    (PS : n’achetez pas le Transworld Sprint, c’est de la qualité low-cost vendue au prix cher Michelin français. Ça crève et s’use vite. La gomme est tranchée par le verre.)
Notes :

A télécharger

Pas de documents à télécharger pour cet article


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.70.61