Le calepin du geek
Geek : Personne s’intéressant à des domaines pointus, avec une once de créativité.

Ceci est un site perso, dans le pur esprit web 1.0, compilant des notes diverses sur des thèmes d’intérêt. (Informatique, programmation, voyage à vélo, réflexions)

Avis sur le vélo pliant Strida 5, après 2 ans 1/2
Article mis en ligne le 5 octobre 2014
par aldoniel
Imprimer cet article logo imprimer

 Blabla introductique

Moi, j’ai un vélo pliant strida 5 (modèle 2012) ! Un bel engin, pratique, de transport facile, d’usage quotidien. Enfin, c’est ce que j’en espérais.
Car la beauté étant très subjective, j’ai pu entendre tous les commentaires à son sujet, en bien ou en mal. Quoiqu’il en soit, son architecture inhabituelle et sa petite taille ne laissent pas indifférent.
Globalement, l’usage est satisfaisant, même si la fiabilité n’est jamais à la hauteur des espérances.

 Usage personnel

  • transports en commun en île de France (RER, métro, tram, bus parfois)
  • 5 à 20 km par jour sur pistes cyclables et routes

 Avantages

  • Le pliage. Le vélo le plus rapide à plier ou déplier du marché à ma connaissance. La manipulation est :
    • facile à apprendre
    • ne nécessite aucun outil
    • prend une ou deux dizaines de secondes selon la technique
  • la compacité
    • Plié, il tient debout car les roues peuvent être bloqués (des fils sur les poignées tiennent les freins : simple et efficace)
      • Il est d’ailleurs possible de le garder coincé debout entre ses deux jambes comme une valise, lorsqu’on est assis dans le métro ou le RER (mais c’est peu confortable).
      • Ou debout dans l’encadrement de la porte séparant les wagons des vieux métros.
    • Il tient couché (comme un bateau qui serait planté sur sa quille), en équilibre sur le porte bagage. Au milieu du couloir central du RER, il est assez fin pour ne pas bloquer le passage (ça gène comme une valise).
  • La facilité du transport à la main lorsqu’il est plié : il avance sur ses roues normales, comme si on tenait une canne sur roues, sans plier le dos, sans supporter tout son poids.

 Strida : avantages par rapport à un vélo Brompton

Un sujet trollesque par excellence, sujet de nombreux débats stériles. Ceci n’est que mon opinion, et d’ailleurs je n’ai pas de vélo Brompton.

  • le coût, presque du simple au double (quand même !)
  • le temps de pliage (une dizaine de secondes contre ± 1 mn).
  • la forme pliée : le strida plié se rapproche en terme d’encombrement de la forme d’une amande, alors que le Brompton plié est plus trapu. Plutôt comme un pavé rectangulaire quasi cubique.
    • La résultante est que le Brompton occupe une surface au sol très supérieure à un strida plié debout. En pratique, il ne sera pas possible d’entrer dans un transport en commun vraiment bondé [1] avec un Brompton ; avec un Strida, généralement si. Il ne sera pas possible non plus de le laisser au milieu d’un couloir de RER/métro sans boucher le couloir.
  • le transport plié. (Le Brompton est moins pratique à tenir pour le faire rouler sans en supporter le poids. Pour soutenir cet argument, je vois les possesseurs de Brompton porter leur vélo plié sous leur bras, alors qu’aucun possesseur de Strida ne le fait).
  • pas de chaîne graissée, pas de taches de cambouis.

 Défauts du vélo strida 5

 La faible fiabilité et le coût de l’entretient.

En deux ans, j’ai dû débourser :

  • pédales version métallique cassées spontanément : 40 * 2 € (deux paires cassées)
  • plaquettes de freins (20 ou 30€) (coût globalement similaire à un autre vélo quotidien)
  • rallonge du garde-boue arrière, mal fixé par défaut 15€ (fixée à la colle et au fil de fer la 2e fois)
  • l’articulation supérieure comporte une sorte d’anneau en plastique qui bloque une tête ronde, un peu comme le labrum pour la tête de hanche. Le mien s’est fendu au bout de deux ans. 110€ pièce et main d’oeuvre (!)
  • la roue llibre n’est pas étanche : l’eau rentre dedans, et la fait rouiller !
    • Elle nécessite un entretient régulier avec graissage.
    • La 1ère année, je n’était pas au courant. Coût 20-30 € pièce + 20 € main d’oeuvre
    • En fait, la changer soi-même n’est pas très dur, sauf si la pièce est grippée par l’oxydation, ce qui nécessite de bloquer la roue et d’avoir un grand bras de levier. Ceci peut être prévenu en graissant préventivement le pas de vis. On peut alors la démonter avec un outil BMX [2] et une clé ordinaire.
  • Un abonnement vélib...L’ancien cadre (Strida 5 version 2012) casse parfois sur une soudure. Couvert par la garantie (l’achat d’occasion annule la garantie). Immobilisation 1 mois (et 2 mois la 2e fois...). L’emplacement des fissure montre que c’est la force du pédalage qui brise le cadre. Il s’agit d’un défaut de série connu et documenté sur des forums anglais. Le modèle 2013-2014 est renforcé sur la soudure qui casse, probablement pour corriger le défaut.

 L’équipement de base

  • L’éclairage est médiocre, à but légal et peu pratique par défaut.
    • Livré avec une lampe de guidon à incandescence sur piles, lourde, peu lumineuse
    • compter 20 à 30 € une lampe avant minimale.
    • et 15-20€ la lampe arrière (celle d’origine s’est détachée à cause des vibrations de la route)
  • Le nouveau cadre du strida 5 depuis fin 2013-2014 : renforcé pour ne plus casser, mais le fabriquant a cru bon d’enlever la seule boucle où l’on pouvait passer un cadenas "U".
  • les pneus de base sont assez fin et à pression élevée, ce qui rend ce vélo presque aussi sensible aux défauts de route qu’un vélo de route. (Question de goût, moi j’aime le confort, et de toute façon ce n’est pas la peine de monter des pneus fins sur un engin sans vitesses avec une allure de croisière vers 20 km/h)

Entre les réparations et le changement d’éclairage, c’est environ donc 345€ que j’ai dû rajouter au budget en 2 ans (sans compter toute la main d’oeuvre puisque que je change moi-même une partie des pièces, les creuvaisons, etc.).

 Bons points sur les accessoires

  • sonnette très résistante.
  • résistance à la crevaison des pneus "strida" étrangement bonne (deux crevaisons sur agrafes (!) à déplorer, 0 sur verre)
  • porte bagage version métallique solide jusqu’ici (usage quotidien 5-10 kg de charge)
  • les freins à disque sont très agréables sous la pluie, et sont fiables jusqu’ici. S’il est voilé, le disque peut être dévoilé à la main.
  • câbles de freins de qualité correcte.

 Propagandes et idées reçues sur le vélo Strida 5

  • Les pièces sont toutes standards
    • En fait, non, pour simplifier, disons que tout est propriétaire et introuvable sauf
      • les pneus. Si vous voulez les changer vous-même, je recommande de les commander soi-même sur un site spécialisé, car votre vélociste Strida préféré facturera plus cher des "pneus Strida" sans grande particularité technique (de qualité correcte), plus cher que des pneus spéciaux anti-crevaison de Schwalbe. Le changement maison des pneus se fait sans difficulté particulière, notamment il n’est pas nécessaire de démonter les roues contrairement à un vélo normal. Les jantes du Strida 5 sont en ETRTO 40-305 et les pneus standard sont en 16" x 1.5" (notation anglo-saxonne). Personnellement, j’ai monté des Schwalbe Big Apple 50-305 (16 x 2.00), c’est tout juste en taille latérale, ça frotte un peu plié car j’ai une roue voilée, mais ça passe parfaitement déplié.
      • Le pas de vis des pédales.
      • Les gaines et câbles de freins
      • le diamètre du guidon (pour accrocher une lampe d’une autre marque par exemple)
  • Le Strida 5 est fragile
    • C’est aussi mon avis...
  • On mouline sur le plat et c’est dur dans les côtes
    • Vrai. Une version avec 2 vitesses existe (mais double presque le prix du vélo !).

 Conclusion

Un achat satisfaisant à l’usage, mais c’est du luxe en termes d’entretien. (Le coût d’achat est globalement dans la gamme du vélo). Les pannes récurrentes justifient un moyen de transport de secours (carte vélib, 2e vélo...).

Notes :

[1c’est à dire lorsque les gens sont si serrés qu’ils n’ont plus besoin de s’accrocher à quelque chose pour éviter la chute en cas d’arrêt brutal

[2Démonte roue-libre (freewheel remover) modèle FR-6

A télécharger

Pas de documents à télécharger pour cet article


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.70.61